Izivia, filiale d’EDF propriétaire des bornes Corri-Door, vient d’annoncer la suppression de 90% des bornes de son réseau.
Après deux incidents techniques majeurs, le principe de précaution a été appliqué en décidant le démontage d’une « partie de son réseau », à savoir 189 de ses 217 bornes de charge rapide 50 kW, situées essentiellement sur les aires d’autoroutes françaises.

Sont incriminées les bornes fabriquées par le sous-traitant EVTtronic (une société bordelaise rachetée en juillet 2018 par EVBox, filiale d’Engie) qui présentent des défauts avérés de fonctionnement

Izivia devrait remplacer une partie des bornes défectueuses mais à terme le réseau de recharge de la filiale d’EDF ne comptera plus que 40 à 50 bornes au total.

Les conséquences de cet arrêt pour les utilisateurs sont évidemment très fâcheuses car le réseau Izivia était l’un des rares services compatibles avec le format CHAdeMO, la norme historique largement répandues sur less voitures japonaises notamment.
De fait, les propriétaires de Nissan Leaf , Mitsubishi Outlander PHEV mais aussi Citroen C-Zéro par exemple seront directement impactés par ces fermetures de bornes.

Ces fermetures de bornes mettent en lumière tous les aléas très concrets de la recharge en France : la grosse majorité des bornes sont en charge lente (moins de 22 kW), et le réseau le plus dense en charge rapide pour les trajets les plus longs reste réservé aux propriétaires de Tesla.

Pendant ce temps, le matraquage publicitaire façon « La voiture électrique ça ne change rien », « Rouler en électrique c’est facile » ou « Partez l’esprit libre … » continue