Depuis octobre 2020, les ventes de voitures hybrides rechargeables ont dépassé pour la première fois celles des voitures électriques sur le marché français. Et c’est pareil partout dans le monde

Les véhicules hybrides, qui combinent moteur thermique et électrique, progresse plus rapidement dans le monde que celle des voitures 100% électrique. Et quasiment sans publicité…

Le succès des hybrides est le reflet des limites des véhicules 100% électriques et démontre que les usagers sont intransigeants sur UN point : l’autonomie et le refus d’être dépendant d’une charge longue et hasardeuse lors de leurs longs trajets.
A l’inverse, ils acceptent le principe des petits trajets quotidiens en full-électrique. Bref, ils offrent des fonctionnalités et une facilité d’usage bien supérieures à celles d’une full électrique.

Contrairement à la pensée unique ambiante et au martelage permanent sur l’électrique, alimenté notamment par les annonces par plusieurs gouvernements de l’interdiction de la commercialisation des voitures neuves à moteur thermique à l’horizon de 2030-2035, les véhicules électriques n’ont pas encore gagné la partie.
Cela tient à la fois à leurs fonctionnalités inférieures à celles des véhicules thermiques, à leurs contraintes d’usage, à leur coût élevé à l’achat et au manque d’infrastructures permettant leur recharge.

Captur hybride rechargeable

Le succès commercial des hybrides, qui combinent moteur électrique et moteur thermique reste une réalité. Ils offrent aujourd’hui, pour la plupart, hybrides rechargeables, une autonomie de quelques dizaines de kilomètres en électrique pur avec leurs batteries et s’affranchissent des contraintes d’utilisation et d’autonomie des véhicules 100% électrique grâce au moteur thermique qui leur autorise des trajets sans la contrainte de la recharge.

Par ailleurs, la capacité limitée des batterie permet une charge nocturne intégrale à tarif réduit et sans installation couteuse.

Et si les ventes de véhicules hybrides augmentent plus rapidement sur le marché mondial que celles de véhicules purement électriques, sans martelage publicitaire, c’est qu’ils correspondent plus aux besoins des consommateurs. Et sans doute, qu’à travers leurs modèles phares (Captur, A3, Mini… ) les hybrides déroutent moins les consommateurs que les modèles électriques au look futuriste sortis de « Back to the Future ». Et une règle intangible du commerce c’est « le client est roi »

Car il ne faut pas perdre de vue que la révolution électrique est sans équivalent dans l’histoire de l’automobile. Elle nous est imposée par les gouvernements et non pas par la demande populaire ni même les industriels