La promesse de la voiture électrique c’est « zéro émission » même si il est dorénavant admis que la construction du véhicule électrique est particulièrement polluante. Mais personne ne parle du coût environnemental du déploiement du réseau de recharge.

Au lancement du véhicule électrique, la vision idylique expliquait que chacun rechargerai sa voiture sur une prise de son garage, sur la base du réseau électrique existant. Mais le principe de réalité a rapidement démontré que l’autonomie à laquelle aspirait le public rendait nécessaire un réseau de bornes haute puissance.

Et déployer un réseau de recharge haute puissance a un coût environnemental loin d’être désuet. Mais ça, on se garde bien de nous l’expliquer…

Le besoin actuel, c’est des bornes haute puissance capable de délivrer des puissances de 50 à 80 kW, à l’instar du réseau Tesla. Et un tel réseau, il faut le construire depuis des points d’accès moyenne tension.

Transformateur

Ca veut dire installer de nouveaux transformateurs haute puissance. Un transformateur, c’est plusieurs tonnes de cuivre et d’acier baignant dans un liquide de refroidissement, un local, du refroidissement ….

Et pour alimenter les bornes de recharge, il faut dérouler des kilomètre de câbles. Et pas des petits câbles … on parle de câbles capable d’alimenter 2-3 bornes en 500 V et pouvant délivrer (pour chaque borne) 100 à 120A. On est sur du câble haute technologie, avec des plastiques et caoutchouc spéciaux. Tout ceci ne se fabrique pas sans énergie et sans émissions de CO2…

Enfouissement cables Tesla

Il faut ajouter toute l’informatique de gestion des bornes de recharge : gestion des abonnements, des paiements, gestion des différentes cartes de prestataires etc … autant de serveurs interconnectés 24/7 dans des datacenters et qui consomment eux-aussi des dizaines de kilowatts. Issus de centrales à charbon, nucléaires ou d’énergies propres ? L’histoire ne le dit pas …

Travaux d'installation de bornes de recharger

Enfin et surtout, transfos, enfouissement des câbles, installation des sites et bornes de recharge … tout ceci nécessite du génie civil et des travaux de terrassement. Qui se font avec des tractos pelles et autres engins vomissant leurs torrents de particules de diesel.

C’est aussi ça la transition que l’on nous affirme « écologique »… et que l’on nous présente sur fond d’images bucoliques